8 astuces pour vaincre la procrastination (la #4 est ma préférée)

Dans cet article nous allons voir comment vaincre la procrastination, quelles sont les étapes à mettre en place, les astuces pour ne plus jamais procrastiner.

La procrastination, une grande ennemi. Elle nous empêche d’agir, et de terminer nos projets. Elle nous empêche de réussir ce que l’on veut. La procrastination va même bien plus loin : elle nous fait perdre confiance en nous, d’ailleurs au passage, voici 10 conseils pour reprendre confiance en soi.

Et cet article est un 11ème conseil pour reprendre confiance en soi. Parce que combattre la procrastination c’est avancer vers ses projets, c’est avoir des réussites, et gonfler son estime de soi. Ce qui mène à une bonne confiance en soi. 

Le procrastineur né ne termine aucun projet. Il a toujours de bonnes excuses pour ne pas avancer sur ses objectifs :

– je n’ai pas le temps

– j’ai mieux à faire

– et si je rangeais ma chambre !

– je dois ordonner mon ordinateur

– il faut que j’appelle Cindy absolument !

– etc…

Le problème avec ça, c’est qu’on termine une tâche et il est l’heure de faire autre chose. Du coup, on ne fait rien. On avance pas. On stagne. Et on perd en confiance en soi.

NOTE : Téléchargez notre livret « 5 étapes pour arrêter de procrastiner » gratuitement.

Cliquez ici pour télécharger >>

L’essentiel est de s’organiser pour réussir, et donc d’arrêter de procrastiner!

On se lance dans un projet, on a quelque chose à faire, mais on se dit qu’on pourra le faire plus tard.
Bien qu’organisé, ça m’arrive assez souvent. Mais c’est plutôt pour les petites tâches que les grosses.

Plusieurs conseils pour arrêter de procrastiner :

1. Faire une to-do list

Utilisez des listes de tâche. Une liste ou vous notez toutes les actions que vous devez mener. Attention, les actions doivent être les plus détaillées possibles. Ne soyez pas vague, soyez le plus précis possible.

Parce que quand on a une tâche générale, c’est plus difficile de s’y mettre qu’une tâche bien spécifique. Pourquoi ? Parce qu’avec une tâche spécifique, on n’a pas à réfléchir sur ce que l’on doit faire, on peut attaquer direct. On s’enlève une étape et on peut commencer de suite.

Par exemple : si je vous dit « faites une séance de sport », c’est moins entrainant que « courrez 10 minutes, faites 100 abdos, 50 pompes, et 30 tractions ». Parce que dans la 2ème option, vous savez exactement quoi faire. Vous n’avez pas besoin de réfléchir à votre programme.

2. Commencez simple

Le plus dur c’est toujours de commencer. C’est ce qui nécessite le plus d’énergie. Comme moi quand j’écris un article, c’est dur de s’y mettre. Mais quand on est dedans, on avance, et on ne s’en rend plus compte.

Quand je me fais violence pour courir c’est pareil. Le plus dur pour moi, psychologiquement parlant, c’est de me mettre en tenue de sport, et de sortir et commencer mes premières foulées. Après je suis parti, je me dépasse, et je bat mes records. Alors qu’à l’origine je n’avais pas envie.

Pourtant j’avais des dizaines de bonnes raisons de ne pas commencer.

Autre point important à souligner : rendez les choses faciles. Si votre tâche, votre projet, ou votre objectif vous semble très compliqué voire impossible, que vous ne savez pas par où commencer, que va-t-il se passer ? Vous allez laisser tomber. Et intérieurement, votre inconscient vous dira : « t’es qu’un nul. Tu ne passes pas à l’action. Tu ne réussira jamais« .

Pourtant il y a un moyen de contourner ça : faire de votre première action quelque chose que vous maîtrisez. Cela peut simplement être « rencontrer quelqu’un qui peut vous donner des infos » ou même « passer un coup de téléphone pour se renseigner ».

C’est NORMAL de ne pas savoir comment faire, on ne peut pas savoir tout faire. Quand on monte un projet qu’on a jamais fait auparavant on découvre. Si vous voulez créer une entreprise ce n’est pas simple, il faut se renseigner. Si vous voulez retaper un bien immobilier aussi. Il y a peu de chances que vous sachiez faire si vous ne l’avez jamais fait.

Relativisez donc, et cherchez à connaître les étapes principales de votre projet. Par quoi commencer. Ne cherchez pas à tout savoir absolument. L’important c’est la prochaine étape. On verra le reste après. Si vous pouvez planifiez c’est super, je ne dis pas le contraire ! Mais si vous devez vous prendre tellement la tête, au risque de tout laisser tomber, alors concentrez-vous uniquement sur la prochaine étape.

Dans l’article « Comment passer à l’action » je vous livre une clé supplémentaire pour combattre la procrastination.

IMPORTANT : Nous vous donnons 5 étapes supplémentaires pour vous débarrasser de la procrastination !

Cliquez ici pour télécharger >>

3. Utilisez des starters

Les starters, ce sont des petits « hacks » qui vous permettront de démarrer une tâche. Comme je le disais, le plus dur, c’est souvent de commencer. Alors utiliser des trucs et astuces qui nous aident à démarrer est un bon frein à la procrastination. Parce que lorsque l’on doit démarrer une tâche, s’il faut en plus réfléchir et mettre des actions préalables en place, cela nous paraît encore plus difficile. Alors que ces actions sont peut-être rien. Mais c’est suffisant pour nous faire remettre au lendemain.

Par exemple, préparer la veille au soir son sac, sa tenue, ou encore son petit déjeuner pour se faciliter le début de la journée. Cela nous aide à devenir plus organisé.

Si vous voulez aller courir, préparez votre tenue de sport. Qu’elle soit prête et visible. La moins difficile à mettre.

Si vous voulez écrire un livre, ouvrez votre logiciel de prise de note.

C’est pour ça que votre liste de tâche doit être prête, je vous conseille de la faire la veille pour le lendemain. Elle vous aidera comme starter.

Les actions engageantes pour vaincre la procrastination

Cette méthode peut aussi s’avérer très efficace pour combattre la peur, en plus de la procrastination. Les actions engageantes sont des actions préalables qui vous engagent vers une autre action. Par exemple, annoncer votre objectif. Ou prendre un billet d’avion. Ou encore valider à un ami votre participation à un évènement. Le tout AVANT que votre peur ne soit présente. C’est-à-dire le faire avant d’y avoir vraiment réfléchi.

Parce que si on y réfléchi, on va se trouver tout un tas d’excuses par la suite. Et cela sera trop tard. Le but, c’est de court-circuiter le cerveau en faisant quelque chose qui nous oblige littéralement à passer à la suite.

Par exemple : valider un projet avant même d’avoir commencé, avec quelqu’un d’autre. Par exemple, si vous avez un projet d’entreprise, chercher un fournisseur et passer un deal avec, ce qui nous oblige à avancer sur le reste ou encore annoncer à plusieurs personnes le nombre de kilos qu’on veut perdre.

4. Découper les grosses tâches en plus petites : Celui qui déplace la montagne c’est celui qui commence par enlever les petits cailloux;

Plus une tâche est petite, plus elle sera facile à accomplir. Et surtout plus il sera facile de se pencher dessus. Si c’est quelque chose que vous maîtrisez et qui vous semble facile. Mais quand on veut sortir un peu de sa zone de confort, quand on veut accomplir de grandes choses, il arrive un moment où on ne maîtrise pas, et que l’envergure du projet nous dépasse.

Le problème, si on se sent dépassé c’est que l’on commence à abandonner. Parce que c’est trop dur pour nous. On ne se sent pas de relever le défi. La motivation tombe, et on arrête tout. On revient à notre petite zone de confort…

Si on découpe sa grosse tâche en 10 plus petites, qu’on va à nouveau découper en 10 autres sous-tâches, il sera nettement plus facile de s’y atteler. Parce qu’écrire un livre peut nous sembler complexe, mais écrire une ligne c’est encore facile. Parce que monter une entreprise ça peut être complexe, mais appeler un entrepreneur l’est moins.

Celui qui déplace la montagne, c’est celui qui commence par enlever les petits cailloux. N’oubliez jamais cela. Et commencez. Peu importe la taille de votre prochain pas. Ce qui compte c’est que vous avanciez. Même si l’action vous semble RI-DI-CULE. Cela vous met dans l’état d’esprit des gens d’actions. Cela vous lance. Votre état interne s’en trouve changé, et vous trouverez plus d’énergie.

N’oubliez pas le principe de l’inertie. Un corps lancé avec une certaine force conserve cette force. Il faut donc insuffler à votre corps cette force de départ, ensuite l’affaire est « dans la poche ».

Ne pas oublier de se faire violence

La vie n’est pas toujours toute rose. Il faut parfois (souvent) se faire violence pour commencer une tâche. Parce qu’on accompli pas ses rêves dans la facilité. Il existe bien sur des techniques et astuces pour hacker son cerveau, mais il ne faut pas abuser non plus.

Parfois un bon coup de pied au c** ça fait du bien, et ça remet les idées en places. Ne vous complaisez pas trop dans votre situation, et restez toujours dans un certain inconfort : c’est là que vous repousserez vos limites.

Faites vous violence et passez à l’action ! Vous verrez une fois l’action effectuée le bien que ça fait. On est content d’être finalement passé à l’action. D’avoir dit non à cette procrastination qui nous guette. A cette petite voix qui nous fait chercher le plaisir.

Imaginez, si vraiment vous n’y arrivez pas, ce qui se passera si vous ne faites rien aujourd’hui. C’est un bon exercice. Imaginez vous dans 10 ans, sans jamais avoir fait d’action. Et imaginez l’inverse, en ayant atteint tous vos objectifs, en étant passé à l’action. Quelle sera la différence ? Enorme. Pensez à ça quand vous n’avez pas envie.

N’oubliez pas, votre demain est fait de l’accumulation des actions que vous mettez en place aujourd’hui. Ce sont les actions que vous mettez en place chaque jour, semaine après semaine, qui feront une différence avec le temps.

Donnez-vous du courage

Les grands champions et athlètes, les plus grandes réussites professionnelles, les grands acteurs et chanteurs ont travaillé pendant des heures. Les médaillés Olympiques ne se sont pas réveillé un jour en se disant « tiens je vais participer aux JO« . Ils se sont entrainé des années. Pensez à eux quand vous avez la flemme.

Parce que quand vous dormez, ils s’entrainent. Quand vous mangez ils s’entrainent. Quand vous regardez la TV, ils s’entrainent. Ils ne cessent jamais de s’entrainer, et c’est ce qui les rend meilleurs. C’est qu’ils sont sans cesse en mouvement. En action. Et qu’ils se bougent à accomplir leurs objectifs. C’est comme ça qu’ils deviennent des champions.

Et il ne faut pas croire : eux aussi ont des baisses de motivation. Eux aussi ont des problèmes relationnels. Eux aussi ont des problèmes de santé. Rien n’est plus vert chez eux. Mais ils ne se laissent pas le choix. Alors la prochaine fois que vous aurez la flemme de construire votre avenir, un avenir meilleur, pensez à eux. Et pensez à ce que vous pourriez changer dans VOTRE vie. Parce que personne ne le fera pour vous. Tout le monde est suffisamment occupé à sa propre vie.

 

5. Se récompenser à chaque fin d’étape

Pour vaincre la procrastination, il y a une méthode qui consiste à s’offrir une récompense dès qu’on atteint un palier. Vous avez un projet, un objectif à atteindre, mais il est tellement gros qu’il va prendre du temps. Pour resté motivé sur le long terme, il faut décomposer ce projet en plusieurs étapes.

Avec des « checkpoints » a atteindre. Sinon c’est trop long, on se décourage avant. Si l’objectif prend un an, c’est long avant d’atteindre sa récompense.

Vous pouvez donc déterminer des paliers. Ceux-ci pourront être récompensés. Quand vous atteignez un palier vous avez droit à un petit truc. Même dans votre journée de travail, vous pouvez, dès que vous avez accompli un certain nombre de tâches, vous récompenser par un petit épisode de série. Ou quelques pages d’un bon roman. Ou un bon verre de jus de fruit.

Bref, ajouter du plaisir un peu dans votre prise d’action. Ce n’est pas la méthode que je préfère car c’est la méthode du bâton et de la carotte, mais cela fonctionne tout de même.

Attention quand même à ne pas vous attribuer que des récompenses en nourriture malsaine. Pas question de dévorer un paquet de biscuits ultra sucrés parce que vous avez atteint un objectif. Votre santé doit être un objectif à elle toute seule. Vous n’avez qu’un seul corps. Donc n’en profitez pas pour vous gaver de café et de barres chocolatées.

6. Prenez soin de vous

Si vous voulez accomplir vos tâches, il faut avoir de l’énergie. Et pour avoir de l’énergie, il faut donner à votre corps ce dont il a besoin. Prendre un café et des biscuits vous donnera un coup de fouet sur le moment, mais cela affaiblira encore plus votre corps.

Prenez 2 chevaux : si vous les faites marcher pendant des heures, et que vous permettez à l’un de faire une bonne nuit de sommeil et que vous prenez l’autre et le fouettez, il avancera, mais ne tiendra pas longtemps.

En résumé, vous devez manger des choses saines. Votre corps sait ce dont il a besoin, et les excitants sont des artifices. Ils ne vous tiendront pas longtemps. Fuyez les, et adoptez une hygiène de vie plus saine.

– Mangez un maximum de fruits et légumes. Ils doivent composer 80% de votre assiette.

– Buvez beaucoup d’eau : forcez-vous à boire régulièrement un verre d’eau

– Evitez tous les produits industriels, et les gâteaux : les farines blanches, les pâtes, le pain…etc.

– Bien sûr évitez l’alcool

– Mangez des protéines de façon légère

Ensuite, dormez ! Vous ne pourrez pas combler le manque de sommeil avec du café ou du redbull toute votre vie. Le sommeil est vital pour votre corps. Cela lui permet de se régénérer, de classer les informations, et de faire le vide dans votre tête. Les personnes en manque de sommeil ont un risque accru de maladie cardio vasculaire et psychologique (dépression), une moins bonne concentration, une moins bonne immunité…etc.

Faire une nuit plus courte, ça arrive. Il ne faut pas que ça devienne une habitude. ECOUTEZ VOTRE CORPS !

7. Planifier un temps à chaque tâche

Contournez un peu les règles. Attribuez vous un temps pour une tâche donnée. Ceci a un double effet :

– cela vous permet de démarrer plus facilement (si vous vous dites « je m’accorde 25 minutes pour faire ça », c’est plus facile pour vous que d’imaginer travailler dessus pendant des heures)

– cela vous permet d’être plus efficace : vous démarrez un véritable combat contre la montre ! Cela devient un jeu, et on se prend vite au jeu.

Donc d’une part, vous avez un temps à respecter, donc vous n’avez pas le droit de partir sur autre chose, il faut que cette tâche soit terminée à telle heure, coûte que coûte. En plus, cela vous permet de vous dire : j’avance le maximum en 35 minutes, ensuite je vois ce que je fais. Mais pour votre cerveau c’est différent car il se dit « bon je démarre ça parce que ça va me prendre 35 minutes, ensuite j’arrête », et ça sera plus facile pour vous car la perspective de travailler pendant 3 heures est plus difficile.

8. COUPER toute source de distraction (ceci s’applique pour les tâches intellectuelles plus que manuelles)

Les distractions sont de plus en plus présentes : le téléphone, les emails, facebook, twitter, skype, les autres personnes. Mais saviez-vous qu’il faut un certain temps pour se concentrer ?

Donc c’est un temps où vous êtes bien moins productif. Et quand vous vous faites couper, c’est la porte ouverte pour passer sur une autre activité. Et laisser tomber la première.

Donc à chaque fois que vous vous faites déconcentrez, vous allongez votre temps de travail. Parce qu’écrire une page word ça va vite, mais si on reçoit une notification facebook toutes les 20 secondes, le temps sera multiplié par 10, voire même 100.

Ne jonglez pas entre les tâches, et coupez les sources de distraction au maximum :

– fermez facebook, twitter, skype et votre boîte mail

– mettez votre téléphone en silence

– isolez-vous dans une pièce tranquille, au besoin mettez de la musique sur les oreilles

Et si vous devez vraiment, vérifiez vos emails toutes les 3 tâches, ou toutes les heures et demi. Bref, ça ne sert à rien de vérifier ses emails trop souvent.

L’autre avantage de vérifier à heure fixe, c’est de traiter ses emails en même temps, et de grouper cette tâche. Parce qu’il y a un temps incompressible à la réalisation d’une tâche. Donc vérifier 10 mails ne nous prendra pas 10 fois plus de temps que de vérifier un email. Parce qu’il faut le temps de se connecter, etc.

Grouper ses tâches est un bon moyen de faire du mono tâche et d’être plus productif. Et ainsi de combattre la procrastination 😉

A SAVOIR : Si vous voulez en finir définitivement avec la procrastination, regardez notre rapport.

Cliquez ici pour télécharger >>

En conclusion

Dans un monde où on recherche, et exige même la productivité, nous nous devons de ne plus procrastiner pour aller jusqu’au bout.
La réussite est possible pour tout le monde, mais il faut aller la chercher. Il est possible de vaincre la procrastination, et donc d’arrêter de procrastiner!

Et pour terminer, n’attendez pas demain pour mettre en application ces conseils, sinon ils ne vous serviraient à rien. Alors qu’attendez-vous pour arrêter de procrastiner ?